Admin
Dec 19, 2018

C.E.T. de Faaroa : un projet qui fait polémique !

5 comments

 

Le projet du Centre d’Enfouissement Technique (C.E.T.) de Faaroa a suscité une manifestation anti-C.E.T., coordonnée par l’association Vai Ava, lors des inaugurations de la journée du 14 novembre 2018, organisé par le tavana de la commune de Taputapuatea, Thomas Moutame. La parole a été donnée à la vice-présidente de l’association Mireille Bessière qui a ensuite été entendue par les élus.

Le problème n’est à priori pas le C.E.T. en lui-même, car tous reconnaissent son utilité et son importance dans le climat actuel et est préférable à un dépotoir sauvage, mais c’est son emplacement qui n’est pas opportun dans cette vallée. « Il serait mieux chez le voisin ».

Plusieurs réunions publiques ont déjà eu lieu dans la commune, notamment en présence du technicien du bureau d’étude SPEED en charge de ce dossier.

Il y a deux semaines, une autre réunion d’information entre le Directeur Général des Services de la CCH, le président du Conseil d’exploitation SPIC OM et les représentants de l’association Vai Ava a été organisée afin de répondre à leurs questions. Il a été demandé à l’association de rédiger un courrier, avec l’ensemble des questions restées en suspens, à transmettre au plus tôt au bureau de la Communauté de Commune Hava’i (CCH).

Les échanges ont pour beaucoup porté sur le choix de l’emplacement du C.E.T.

Une nouvelle réunion publique sera organisée afin de répondre aux questions complémentaires.

Pour rappel, ce C.E.T. sera entièrement imperméabilisé à l’aide de membranes afin d’éviter au lixiviat (liquide résiduel des déchets) de s’infiltrer dans le sol. De plus, il sera protégé des eaux de pluie par une toiture et un bassin composé de roseaux situé à proximité et permettra l’élimination de ces lixiviats résiduels.

 

 

Loïc
Dec 19, 2018Edited: Dec 19, 2018

Salut tout le monde et plus particulièrement la population de Raiatea !

 

Je les comprends dans un sens ces personnes qui manifeste. Si demain on devait me dire, qu'un C.E.T. sera présent dans quelques mois à côtés de chez moi... je pense que je réagirais avec étonnement, voir même avec de la révolte et la première question qui me viendrais à l'esprit c'est "Pourquoi ici et pas ailleurs ?"

 

Mais bon après réflexion et avec un peu de bon sens, il faut se dire que dans le climat actuel où nous sommes, je trouve que c'est une très bonne initiative et au moins il y a des actions entreprises pour traiter ce si gros problèmes qui est celui des déchets. Regardez un peu ce qui se passe dans le monde et vous verrez qu'on est bien lotis ici, perdu au milieu du Pacifique. On nous demande quoi ! De prendre 20 minutes de notre temps par semaine pour emmener nos déchets dans les points apports volontaires (petites cabane vertes) et de mettre les bons objets au bon endroit. Et après... je vous le demande, combien de personnes peuvent prétendre connaître où vont exactement nos déchets.

 

Et puis il faut bien commencer quelques part. Il est vrai et certain qu'un déchet qu'on ne produit pas ne sera pas à ramasser, à collecter, à enfouir, à recycler... mais le fait est que tout le monde n'est pas encore sensibilisé, n'est encore prêt pour la vie ZÉRO déchets.

 

En tout cas de mon point vue, je le vois depuis quelques années les projets de sensibilisation qui se mettent en place et surtout le fait que nous sommes plus nombreux chaque jours à comprendre l'importance de trier, de protéger notre environnement et surtout de faire le moins de déchets possible.

 

Mais en attendant les déchets sont là et sont une réelle menace pour notre environnement alors quel est le mieux, plusieurs dépotoirs sauvages sans contrôles ni protections ou des infrastructures adaptées à recevoir ce problème.

 

En tout cas merci à ceux, qui chaque jours, font en sorte que notre fenua soit propre et accueillant.

 

À bon entendeur

 

Stephane
Dec 28, 2018

Je te suis pleinement !!

vaiava98
Jan 12

Julien,

Je viens seulement de te lire. Puis-je me permettre quelques réflexion car je trouve l'article très incomplet et mal renseigné : - La vice-présidente n'a parlé qu'à la presse : c'est-à-dire toi et Jessica. C'est le président qui a été écouté par les élus. Mais "entendu" est un bien grand mot car à ce jour, nous n'avons toujours pas de retour sur nos revendications. - La petite phrase assassine : "Il serait mieux chez le voisin" est plutôt malvenue car elle n'est pas de la vice-présidente, mais plus de ton interprétation personnelle. Je trouve cela très déplacé pour un journaliste. - "Plusieurs réunions publiques" : tu pouvais écrire 2 (tu aurais gagné de la place) et seulement 2 réunions publiques ont eu lieu dans la commune, en 2018, fin juin (à la mairie) et début septembre (chez les pompiers de Faaroa). Penses-tu que c'est trop pour un projet de cet envergure? - la réunion avec la CCH, c'est nous qui l'avons provoquée car on ne voyait rien venir. Je noterai que les Tavanas étaient absents (Congrès des Maires en France). Quant aux réponses à nos questions, c'est un peu exagéré car la seule réponse que nous voulions avoir, mais sans succès : Quels sont les 15 sites retenus par la CCH? Sur quels critères? Où sont les études d'impact? On attend toujours la réponse. -"Une nouvelle réunion publique" demandée par la DIREN fin septembre 2018. Nous somme mi-janvier 2019 et toujours rien. Nous essayons désespérément d'avoir un RDV avec T.Moutame, le maire de la commune. Mais en vain. - Quant au rappel sur le plan technique, il vaut mieux s'abstenir d'en parler car c'est beaucoup plus complexe que 3 lignes dans un article. Je n'ai pas voulu être toxique car cela ne sert à rien. Mais la CCH est pathétique; à vouloir retarder cette réunion publique, refuser de nous rencontrer, elle ne se rend pas service. Mais nous savons pourquoi elle fait traîner les choses : la bataille de l'argent. Si elle gagne cette bataille, elle sait qu'elle aura gagné le combat.... Mais nous, on ne lâchera pas. A défaut d'argent, nous espérons gagner la bataille citoyenne, la sympathie des gens, leur soutien. Qu'ils comprennent que c'est aussi leur combat, pour eux, leurs enfants, leurs petits-enfants; mais aussi les Anciens, nous leur devons ça. Ils se sont battus pour cette terre, cette vallée, cette île; ils en ont fait un petit bijou de verdure avec l'aide de Dame nature. Et des gens sans scrupules voudraient venir avec leurs engins pour tout détruire. Nous ne pouvons pas laisser faire. Alors voilà Julien, ton article est tout simplement vide et écrit pour l'égo de ceux qui te paient. J'espère qu'un jour, tu iras plus en profondeur sur ce sujet.

Moehau

vaiava98
Jan 12Edited: Jan 12

Message à Loïc,

Bonjour Loïc, ton raisonnement est tout à fait juste. De plus, nous ne nions pas le fait que la CCH a fait et fait beaucoup pour garder une île propre. Ca, c'est tout à son honneur. Malheureusement le CET, quel que soit son emplacement d'ailleurs, n'est pas la meilleur chose pour l'environnement. Mais tu as raison, c'est une solution. Par contre, tu n'empêcheras pas les décharges sauvages. J'en veux pour preuve : Tahiti. Le CET de Paihoro existe depuis presque 20 ans, et il y a toujours autant de décharges sauvages; il n'y a qu'à voir toutes ces associations qui organisent très régulièrement des "ramassages"; de plus, ce CET pose problème dixit les habitants des environs et les photos sont parlantes.

Donc, nous ne sommes pas contre un CET, mais contre l'emplacement choisit, au beau milieu de la Vallée agricole de Faaroa, au coeur de la Caldeira, l'endroit le plus pluvieux de l'île. Nous contestons également l'endroit pour des questions techniques, environnementales, touristiques et financiers. Mais je t'invite à contacter l'association Vai Ava car ici tu n'as qu'une infime partie du problème, et si tu veux être juste dans ton raisonnement, écoutes les 2 parties.

 

A bon entendeur

vaiava98
Jan 14

Message de la CCH sur Facebook : "Le CET de Faaroa un projet qui fait polémique ! Nous invitons la population à venir s'exprimer sur le forum de la CCH et plus particulièrement sur ce sujet. Donnez votre avis, nous sommes là pour vous écouter."

 

Et l'association VAI AVA vous répond ceci : "Non, Non et Non, faites une réunion publique comme vous la demandez la DIREN. Vous avez peur de quoi? Il faut un face à face avec la population et la CCH. Sur votre site, vous ne dites pas tout, vous ne parlez que de ce qui vous arrange. C'EST TROP FACILE. Je demande à la population de ne pas y aller. S'IL VOUS PLAIT ne SUIVEZ PAS LA CCH. ELLE DOIT REPONDRE AUX QUESTIONS DE LA POPULATION, ET DOIT RENCONTRER L'ASSOCIATION VAI AVA. NOUS AVONS TROP DE QUESTIONS A VOUS POSER ET LA POPULATION DOIT ETRE LA, PRESENTE, ELLE DOIT ENTENDRE CE QUE NOUS AVONS A DIRE."

Communauté de Communes Hava'i

(689) 40 66 48 59

Directeur des services :

teva.guillain@cchavai.pf 

Chargé de communication :

vesco.julien@gmail.com

Horaire d'ouverture :

du lundi au jeudi de 7h30 à 15h30

le vendredi de 7h30 à 14h30

logo_facebook.png

Suivez nous sur :

   Liens Utiles :

Haut commissariat : 

www.polynesie-francaise.pref.gouv.fr

Portail de l'administration Pf : 

www.service-public.pf

LEXPOL : lexpol.cloud.pf

SIG Polynésien : www.tefenua.gov.pf/tefenua

 

Commune Huahine :

www.ville-huahine.pf/mairie-huahine

Centre de Gestion et de Formation : www.cgf.pf

SEFI : www.sefi.pf

SPC PF : www.spc.pf​

Copyright 2017